Infrastructures routières dangereuses

Recommandations pour des infrastructures non dangereuses

Vous trouverez ci-dessous 2 documents rassemblant des bonnes pratiques pour les infrastructures routières:

  • recommandations du Centre d'Etudes sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les Constructions Publiques (CERTU) sur la signalisation, le mobilier urbain, les dispositifs anti-stationnement, les séparateurs de voies, les peintures au sol, les ralentisseurs, les rétrécisseurs, etc.
  • compilation par le secrétariat de la FFMC des types d'infrastructures dangereuses (bandes blanches, rails, ralentisseurs, …), normes applicables et modalités d'intervention.

Voir aussi Casques d’ânes... dans Motomagazine.com

Autre bel exemple de le mobilisation européenne des motards: Rails de sécurité

Recommandations du CERTU pour la prise en compte des 2RM
Recommandations de 2011. Reproduction interdite par le CERTU, usage réservé à la consultation des militants de la FFMC.
Guide2RM-2011-complet.pdf
Document Adobe Acrobat 7.1 MB
Compilation des types d'infrastructures dangereuses
Réalisé par le Secrétariat National de la FFMC.
dossier_antennes_2004_infrastructures_.p
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Paris : signaler une chaussée défectueuse

La Ville de Paris a mis en place une application sur internet, mais également sur ordiphones, pour signaler différentes anomalies sur la voirie dans Paris intra-muros : "Dans ma rue".
Pour signaler une anomalie sur la chaussée, cliquez ici.

 

 

En cas de préjudice subi suite à un défaut de chaussée municipale à Paris, vous pouvez prétendre à une indemnisation. La procédure est décrite sur le site de Paris.fr

Important : c'est au demandeur qu'incombe la charge de la preuve. Il faut démontrer le lien qui existe entre le préjudice subi et le défaut reproché (entretien, éclairage ...). L'indemnisation n'est versée qu'après enquête et expertise, notamment pour les préjudices corporels.

Il faut faire une demande par écrit à l'adresse suivante :
Direction de la Voirie et des Déplacements - Bureau des Affaires Juridiques - 121, avenue de France - 75013 Paris

La saisine doit comporter les éléments suivants :

  1. date et heure de l’accident ou de l’incident;
  2. lieu exact de l’accident avec n° de rue ou / et repère visuel tel que magasin, ou mobilier urbain significatif;
  3. cause de l’accident avec détails circonstanciés sur l’élément qui a provoqué l’accident;
  4. témoignage;
  5. photos (facultatif);
  6. expertise, facture ou devis des réparations en cas d’accident matériel (facture ou le devis des réparations, copie de la carte grise si le bien endommagé est un véhicule, mention de l'intervention ou non de l'assureur pour la prise en charge du dommage);
  7. en cas de préjudice corporel : certificat médical initial et/ou prise en charge par les pompiers.

Procédure pour indemnisation après accident dans un "nid de poule"

Cette procédure est applicable auprès des Directions Interdépartementales des Routes (DIR).

Elle est également potentiellement applicable pour les autres gestionnaires de voiries (conseils généraux, mairies, sociétés privées).

Il faut que la victime constitue un dossier avec le maximum de pièces :

  • lieu précis du trou (route, sens, voie, point kilométrique),
  • date et heure de l'incident,
  • les services qui sont éventuellement intervenus sur l'incident (police, agents des routes... en général, ils rédigent un rapport interne),
  • des photos des dégâts sur le véhicule et des photos du nid de poule (sans prendre de risques),
  • un devis des réparations.


Ce dossier est à transmettre à votre assureur qui le transmettra au gestionnaire de la voie en question. Les dossiers envoyés directement par des particuliers à la DIR ne sont pas recevables.
Il est inutile de contacter le gestionnaire de la voie pour lui demander un rapport ou une attestation en rapport avec le trou, il ne fournit aucune pièce de ce type.

A savoir également :

  • il existe une jurisprudence pour les trous de moins de 5cm de profondeur,
  • les trous signalés par un panneau sont difficilement pris en charge.

Le Sénat alerte sur la dégradation du réseau routier

Un rapport du Sénat publié le 8 mars constate “Une tendance à la dégradation du réseau routier national non concédé et du réseau autoroutier [...] Même si elle peut sembler limitée pour l’instant, il apparaît nécessaire de la mesurer et d’y mettre un terme, pour éviter la détérioration de ce patrimoine et l’augmentation de ses coûts d’entretien [...] L’exemple du réseau ferroviaire, dont l’état est déplorable faute d’un entretien régulier pendant plusieurs années, incite à une vigilance particulière dans ce domaine”.

L'auteur de ce rapport, Hervé Maurey, président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable au Sénat, souligne que la France doit dégager les moyens suffisants et pérennes pour assurer le bon état du réseau routier.

Sur le même thème :

Etat des routes, la grande misère !

Communiqué du Bureau National de la FFMC, le 13 octobre 2016.

Alors que le gouvernement s’apprête à déployer de nouveaux radars pour contrôler les usagers de la route, sans même cacher ses intentions de faire rentrer des millions d’euros dans ses caisses par ce moyen, les routes continuent à se dégrader. Disparition de l’éclairage routier pour des motifs économiques, fissures et trous dans les chaussées non réparées, panneaux masqués faute d’élagage, signalisation au sol usée, débris qui s’accumulent dans les bas-côtés… nos routes sont usagées, au détriment des usagers !

 

Pour les utilisateurs de deux-roues motorisés, les points noirs du réseau routier relèvent même de la mise en danger d’autrui et pendant que le gouvernement ne cesse d’accroître la surveillance et le contrôle des conducteurs, qui surveille et contrôle l’Etat dans son rôle d’entretien du réseau routier ?

Pour les Motards en colère, la qualité et la conception des infrastructures routières a toujours été un domaine au cœur de nos actions.

 

Par conséquent, la FFMC s’associe au Syndicat des équipements de la route qui tire la sonnette d’alarme et formule des propositions (entretien, signalisation, partage des connaissances, gouvernance des compétences).

Rachat des concessions autoroutières : c'est possible ! (mise à jour du 31/12 : résultat du vote)

Dans un communiqué commun du 15 décembre, l'Organisation des PME du Transport Routier (OTRE), l'Union Nationale des Automobile Clubs (UNAC), l'Automobile Club des Avocats, la Fédération Française de Motocyclisme et la FFMC demandent la reprise en main par l’Etat des contrats de concessions autoroutières.

Automobilité & Avenir

En effet, l’article 38 des contrats de concessions autoroutières prévoit que « l’Etat pourra, dans un motif d’intérêt général, racheter les concessions. Ce rachat ne pourra s’exécuter qu’au 1er janvier de chaque année, moyennant un préavis d’un an ». Pour les 5 organisations d’usagers rassemblées au sein du club de réflexion et d’action Automobilité & Avenir, l’intérêt général est pleinement caractérisé par les 3 points suivants.

1) Le besoin pour l’Etat (face au retrait de l’Eco-Taxe) de trouver du financement pour les infrastructures de transports : la reprise en main par la puissance publique de la rente serait synonyme d’un péage qui ne sert qu’au financement des infrastructures et qui pourrait permettre d’en développer de nouvelles.

2) Le besoin de ne pas dissuader les usagers d’utiliser les axes autoroutiers qui sont des voies d’utilité publique apportant un réel service en termes de rapidité, de fluidité et surtout comme facteur de sécurité.

3) Le besoin de réintroduire une vraie concurrence dans les marchés pour abaisser le coût des travaux (les marchés liés aux travaux sur les axes autoroutiers font actuellement l’objet d’une concurrence contrôlée par les sociétés concessionnaires, limitant l’accès des entreprises autres que les groupes de BTP actionnaires).

La dénonciation des contrats par anticipation avant le 31 décembre 2014 a été demandée officiellement au Premier Ministre le 19 novembre par la Mission d’information parlementaire sur la place des autoroutes dans les infrastructures de transport. Cette demande vient d’être relayée  le 5 décembre par un groupe de 152 députés !
Au nom de l’intérêt général mais aussi de celui des usagers qu’elles représentent, les organisations d’usagers qui agissent au sein d’Automobilité & Avenir appuient pleinement cette demande.


Quant au coût du rachat pour l’Etat, la Mission parlementaire a très clairement indiqué que celui-ci était parfaitement compatible tant avec la politique budgétaire qu’avec la réglementation européenne. Autrement dit, l’emprunt nécessaire au financement du rachat des contrats sera remboursé par les péages.

EXPRIMEZ-VOUS !

Les organisations d’usagers lancent une grande consultation sur ce sujet !

Souhaitez-vous prolongation des concessions autoroutières actuelles ou une dénonciation des concessions actuelles dans un intérêt de service public ?

VOTEZ ICI et diffusez largement ce lien !

Communiqué de presse du 15 décembre 2015 d'Automobilité & Avenir
CP 2014-12-15 autoroutes_interet_general
Document Adobe Acrobat 913.3 KB
Communiqué de presse du 22 décembre 2015 et consultation des usagers par "Automobilité et avenir"
Com Consultation Autoroutes 2014-12-22.p
Document Adobe Acrobat 332.7 KB

Vous vous êtes exprimés !

Laurent Hecquet qui préside le think-tank "Automobilité & avenir", revient dans l'édition du 29 décembre du quotidien "Aujourd'hui" sur ce questionnaire mis en ligne le 22 décembre dernier.


3 420 personnes y ont répondu :

92 % se déclarent favorables à une dénonciation anticipée des concessions d’autoroute,

• 88 % plébiscitent un grand débat national sur l’avenir du patrimoine autoroutier.

Infrastructures routières : la Sécurité Routière au ralenti

Ralentisseur FFMC 34

Dans son édition du 7/10/2013, l’hebdomadaire Auto Plus révèle qu’un tiers des ralentisseurs sont illégaux. En fait d’illégalité, il s’agit de municipalités qui ne respectent pas les normes en vigueur.

 

La FFMC dénonce ces dérives qui contribuent à l’insécurité routière… ralentisseurs, potelets anti-stationnement, bacs à fleurs en bord de routes, la dangerosité de ces aménagements réalisés au mépris des règles et des usagers vulnérables est trop souvent reléguée au second plan des politiques publiques en termes de sécurité routière alors que cela constitue un facteur aggravant en cas d’accident.

 

Alors que le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) est chargé de réfléchir à des mesures pour infléchir davantage la mortalité routière d’ici 2020, il est urgent que cette instance prenne enfin en compte le facteur « infrastructure » dans ses travaux. Alors que les ultras-sécuritaires décrètent des quotas de vies à sauver en imposant toujours plus de contraintes sur des conducteurs traités en coupables potentiels, la FFMC rappelle qu’au cours des dix dernières années, entre 241 et 365 motocyclistes sont morts chaque année contre un obstacle fixe, selon les bilans de l’Observatoire interministériel de la sécurité routière.

 

En savoir plus : le communiqué de presse de la FFMC
Communiqué du 10/10/2013
CP 2013-10-10 ralentisseurs.pdf
Document Adobe Acrobat 48.0 KB
En savoir plus : la FFMC 34 fait condamner la commune de St-Drezery
Par un jugement rendu le 21 juin 2013, le tribunal administratif de Montpellier a reconnu que les ralentisseurs installés sur la commune de Saint Drézery n’étaient pas conformes à la réglementation.
Jugement_TA_RPEP_FFMC34_St_DREZERY.pdf
Document Adobe Acrobat 645.6 KB

Doublement des glissières de sécurité à Magny-Cours

Pascal, le copain coordinateur de la FFMC 58, nous annonce une bonne nouvelle issue d’un travail de longue haleine. Cette victoire de la FFMC locale a un impact national puisque le circuit de Nevers Magny-Cours (qui reçoit entre autres la mythique course du Bol d’Or) est fréquenté par des milliers de motards venant de toute la France… et de l’Europe.


Jean-Marc Belotti
Coordinateur de l’antenne FFMC Paris-Petite-Couronne

Infrastructures routières : les motards de la FFMC et le Conseil Général de la Nièvre sont sur de bons rails

Doublement des glissières de sécurité à Magny-Cours

L’année 2013 continue de bien s’annoncer pour les Motards en Colère de la Nièvre. Après l’abrogation du décret sur l’obligation de détenir des équipements rétro réfléchissant supplémentaires, la fin de l’obligation de détenir un éthylotest, c’est avec beaucoup de satisfaction que nous venons de voir concrétisée la réponse à notre demande de doublages des glissières de sécurité aux abords du circuit de Nevers Magny-Cours, et ce à quelques semaines du prochain Bol d’Or.


Les glissières de sécurité sont certes utiles à la plupart des usagers mais deviennent la hantise des motards et de véritables guillotines quand elles ne sont pas doublées. Plusieurs accidents dramatiques ont eu lieu en France ces derniers jours [voir extrait des "Carnets de l'Ouest" ci-après] avec pourtant chaque fois des vitesses très peu élevées (inférieur à 30 km/h pour l’un d’entre eux).


Les infrastructures routières étant un des sujets sensibles aux usagers des 2 roues motorisés, c’est donc au nom de tous les motards que nous adressons nos remerciements au Conseil Général de la Nièvre.
Même si nous restons mobilisés sur d’autres sujets qui vont prochainement retenir notre attention, c’est pour nous un pas supplémentaire de voir un jour le « C » de notre colère remplacé par celui de la citoyenneté, de la concertation et de la compréhension mutuelle.


Pascal Biston
Coordinateur de la FFMC 58

 

Les actions de la FFMC sur les infrastructures
Rails de sécurité ffmc 58.pdf
Document Adobe Acrobat 126.8 KB
Le Conseil Général confirme à la FFMC58 le doublement des glissières
Courrier du 20 septembre 2012
réponse CG 58 glissières sécurité.pdf
Document Adobe Acrobat 67.8 KB
Un motard décède en heurtant une barrière de sécurité à Angers
Jeudi 14 février 2013 (extrait : Carnet de l'Ouest du 17/02/2013)
Carnet de l'Ouest du 17-02-13.pdf
Document Adobe Acrobat 392.7 KB

FFMC PPC : marquage de zones de danger

"Les radars, ce n'est pas fait pour remplir les caisses de l'Etat. Ce serait scandaleux d'enlever les panneaux qui préviennent".

Le 2 novembre 2012, à l'appel de l'antenne FFMC PPC, les motards parisiens signalent la présence de 2 radars sur les voies sur berges.

PPC sur le terrain pour défendre la sécurité des 2RM : couverture de l'A6b au Kremlin-Bicêtre

Le plus "drôle" c'est que l'architecte se prétend motard ! A pleurer de rire si notre sécurité n'était pas en jeu !

 

 

Courrier au maire du Kremlin Bicêtre

Montreuil, le 8 janvier 2012

Bonjour M. Delbos.

Comme convenu lors de la réunion du 20 décembre sur le chantier de la A6b, je reviens donc vers vous.

 

Après en avoir discuté au sein de la FFMC PPC nous sommes tombés d'accord sur les propositions suivantes :

 

1 - Remplacer les bornes hautes en béton (à gauche dans le sens de la circulation) par des éléments en plastique, tout aussi esthétiques et surtout moins dangereux pour les 2RM.

 

2 - Elargir toutes les voies et pas que dans les virages d’environ 80 cm / 1 mètre. Ca peut être pris en partie sur le trottoir très large et sans gène pour les piétons.

    - il est clair que si les 2RM ne peuvent pas remonter les files ils vont prendre les pistes cyclables. Sachant que le nombre de 2RM est en constante évolution nous pensons que cette proposition sera confortée dans le temps.

 

3 - Remplacer les demi-ballons en béton (à droite dans le sens de la circulation) par des haies.

    - Solution esthétique, écologique, sans problème pour l’écoulement de l’eau. Infrastructure infranchissable par les 2RM et les voitures et surtout beaucoup moins dangereuse en cas de choc.

 

J'ai également fait part de l'idée d'intégrer la FFMC PPC dans les futurs projets. Cette initiative a été accueillie comme une avancée significative dans la collaboration entre le Conseil Général du 94 et la FFMC PPC.

 

Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire,
Très cordialement

 

Francisco V.

Membre du conseil d'administration de la FFMC PPC

 


Action !

Alors que le dossier sur la couverture de la A6b traine une délégation de PPC est allé sur le terrain pour signaler aux utilisateurs de 2 roues le danger potentiel de cette infrastructure...
Il y a des plots arrachés parce que les camions ne peuvent pas tourner ce qui entraine un danger au niveau de l'huile répendu ainsi que des tiges filetées de fixation qui dépassent !! C'est scandaleux de laisser ça en l'état ! A l'heure ou de nouvelle mesures de sécurité routières répressives sont annoncées de tels chantiers montrent à quel point les pouvoirs publics se foutent de nous ... les images parlent d'elles mêmes !

Faites très attention si vous passer par là !

Le dossier de la A6b dans le "Parisien"

L'article paru dans le "Parisien"
Le Parisien A6B 111212.pdf
Document Adobe Acrobat 2.8 MB