Bienvenue à la FFMC PPC

Pour recevoir nos informations, renseignez ces 3 champs et cliquez sur le bouton "Envoyer". Vous recevrez un email de confirmation envoyé par MailChimp, qu'il faudra valider.

C-News : le CT 2 roues est-il indispensable ?

"Le Contrôle Technique des 2 roues sera obligatoire en octobre (2022). Une nouvelle dépense à l'heure de l'inflation. Pourquoi ajouter de l'inflation à l'inflation ? Qui est gagnant ?". Le décryptage de Dimitri Pavlenko (journaliste Europe 1) dans "Face à l'info" sur C-News, animé par Christine Kelly le 18 mai 2022.

Lors de cet historique, D.Pavlenko rappelle qu'en 2012, lorsque la Commission Européenne souhaite imposer un Contrôle Technique à l'ensemble des 2 roues de l'Union Européenne, le Sénat français découvre que ce projet s'appuie sur 3 rapports de Dekra, l'un des leaders européens du Contrôle Technique". Le scandale de cette affaire, c'est que toute l'argumentation au nom des vies, pour faire baisser la mortalité sur les routes : très bien, qui peut être contre ? Le problème, c'est quand tout cela s'appuie sur des données qui sont forcément biaisées, quand les données sont signées de ceux qui ont un intérêt financier à l'affaire".

Samedi 21 mai, av. Foch : tout sur le CT !

Amies motardes,  amis motards, vous avez pu remarquer qu'il se dit tout et son contraire sur le Contrôle Technique moto.


Pour avoir les vraies infos sur l'abandon du Contrôle Technique des 2 roues motorisés en France, les antennes FFMC d'île de France vous invitent à un rassemblement pour boire le coup de la victoire et pour poser toutes vos questions !

Rendez-vous samedi 21 mai à 14 heures sur l'avenue Foch à Paris (porte Dauphine).


Motardement
JM.Belotti, coordinateur FFMC PPC

CT moto au 1/10/2022 : mise en place quasi impossible

Le Conseil d’Etat a suspendu un décret prévoyant la mise en place du contrôle technique des véhicules de catégorie L à compter de 2023. Selon l’institution, il s’agira d’être prêt pour le 1er octobre prochain : "Impossible" répondent les réseaux de contrôle, et pas uniquement pour des motifs techniques.


Le président de la République ne voulait pas ennuyer les Français avec cela, c’est donc le Conseil d’Etat qui s’en charge à sa place. Le 17 mai 2022, le juge des référés de cette institution a désavoué le gouvernement français : "L’exécution du décret du 9 août 2021 (…) est suspendue en tant que, par ses articles 6, 8 et 9, il reporte au-delà du 1er octobre 2022 l’entrée en vigueur de l’obligation de contrôle technique des véhicules de catégorie L3e, L4e, L5e et L7e de cylindrée supérieure à 125 cm3", indique le Conseil dans son ordonnance. Il convient ainsi de ne pas faire d’amalgame : le Conseil d’Etat a agi en référé, suite aux requêtes de 3 associations (Respire, Ras-le-Scoot et Paris sans voiture) et ne fait que sanctionner le gouvernement sur le fait que le délai de mise en place (janvier 2023) lui paraît déraisonnable. Mais ceci ne constitue en rien une décision sur le fond du problème, comme l’explique Bernard Bourrier, le PDG du réseau Autovision : "Il nous faut un arrêté, des instructions techniques et même un ministre pour signer les décrets nécessaires. Il faut aussi que l’on écrive les programmes de formation, qu’on les fasse valider par l’administration…".

 

Lire l'intégralité de cet article sur le site de...

CT moto : mise au point de la FFMC

Didier Renoux, Délégué général de la FFMC nationale répond aux questions de Motomag concernant le jugement du Conseil d'Etat le 17 mai (voir ci-dessous).

Que signifie la décision du Conseil d'Etat ?
Le juge des référés met, en fait, la pression sur le gouvernement pour dire: maintenant, il faut faire quelque chose ; on n'a pas vu la couleur de vos mesures alternatives donc, soit vous mettez en place la mesure technocratique du Contrôle Technique au 1er octobre 2022 [décret d'août 2021], soit vous vous dépêchez de publier vos mesures alternatives comme, par exemple, la prime à la conversion.

La balle est donc dans le camp du gouvernement, afin qu'il se dépêche pour promulguer le décret instituant les mesures alternatives au Contrôle Technique.

Quelles sont les garanties de la FFMC ?
On a déjà gagné sur le fond, le jour où le Président Macron a dit "il ne faut pas mettre cela en place", juste après la proclamation du décret du 9 août qui, semble-t-il a été faite un petit peu précipitamment.

La FFMC suit le dossier avec beaucoup d'attention et attend avec impatience l'arrivée de la (ou du) nouveau Ministre des Transports, avec qui la FFMC et la FFM vont rapidement demander rendez-vous pour finaliser ce dossier d'abrogation.

Communiqué de la FFM et FFMC : la décision du Conseil d’Etat ne change rien sur le fond

Dans un communiqué publié hier, le Conseil d’Etat, saisi par les associations Respire, Ras-le-Scoot et Paris sans voiture, suspend le report au 1/1/2023 de la mise en œuvre du contrôle technique (CT) moto, initialement fixé par un décret du 9 août 2021.

Le gouvernement avait au cours de l’été dernier annoncé son intention de ne pas imposer le CT aux 2RM en proposant des mesures alternatives comme le permet la directive européenne 2014/45/UE. Le nouveau décret instituant ces dispositions n’a toujours pas été signé.
La FFMC et la FFM rappellent que le contrôle technique moto n’a aucun intérêt pour l’amélioration de la sécurité routière (moins de 0.4% des accidents de deux roues motorisés (2RM) sont liés à une défaillance technique du véhicule).

Dans tous les cas, cette décision ne remet rien en cause sur le fond, elle ne fait que suspendre la date d’application du décret du 9 août 2021 ; par ailleurs, une demande de dérogation a bien été adressée par l’Etat Français auprès de la Commission Européenne le 3 décembre 2021.

Face à cette décision du Conseil d’Etat, la FFMC et la FFM prendront attache avec le prochain Ministre des Transports dès sa nomination afin d’obtenir confirmation des engagements de l’Etat.

Il devient donc urgent que l’Etat prenne ses responsabilités afin d’abroger le décret du 9 août pour mettre en application les alternatives transmises à la Commission européenne.

La FFMC et la FFM restent vigilantes sur la suite de la procédure et n’écartent pas de mettre en place des actions de toute nature.

RMC : le CT obligatoire pour les 2 roues ?

Les chroniqueurs d' "Estelle midi" sur l'antenne de RMC commentent l'annulation par le Conseil d'Etat du report en 2023 du Contrôle Technique pour les 2-3 roues motorisés. Ils énoncent des arguments en faveur du CT, que conteste un par un Jean-Marc Belotti, le coordinateur de l'antenne FFMC de Paris et Petite Couronne.

* Baisse de la mortalité

  • Dans les pays avec un CT moto, la mortalité n'est pas plus basse qu'en France.
  • Les statistiques d'assurances indiquent que 0,3% des accidents 2RM auraient pour cause l'état du véhicule.


* Baisse de la pollution

  • Les 2 roues motorisés (2RM) représentent 2% du parc roulant en France.
  • Les 2RM représentent 0,5% des émissions polluantes.
  • Dans les autres pays, la pollution n'a pas changé avec le CT moto.


* Baisse des nuisances sonores

  • L'Allemagne et l'Autriche interdisent des cols de montagne aux 2RM pour causes de nuisances, alors que ces pays ont déjà un CT moto.
  • Le CT moto ne réduit pas le problème du bruit car, sur un 2RM, un pot d'échappement se change en 15 minutes.


* Harmonisation avec les automobiles (contraintre européenne)

  • Un 2RM n'a rien à voir avec une voiture : la mécanique est beaucoup plus simple, les organes de sécurité se contrôlent à l'oeil nu sans démontage.
  •  La contrainte européenne est le fruit du lobbying financier de Dekra, le leader européen de ce marché.


A la question "La FFMC va-t-elle manifester contre ce Contrôle Technique?", Jean-Marc Belotti explique : "On ne va pas manifester contre un truc qui, pour l'instant, n'existe pas puisqu'il y a un décret qui n'est pas encore sorti, qui existe car on a travaillé dessus, et qui normalement, si le Ministère et le gouvernement tiennent leur parole, va annuler le décret du 9 août".

Voir l'intégralité de la séquence sur BFM play.

LE CT N'EST PAS PERDU !

Le jugement du Conseil d'Etat du 17 mai ("La mise en place du contrôle technique des deux-roues ne peut être décalée au-delà du 1er octobre 2022") porte uniquement sur le décret du 9 août. Le nouveau décret, sur lequel nous avons travaillé avec le Ministère des Transports avant les élections et qui annule le CT, est prêt. Il n'est pas encore sorti et est toujours d'actualité ! On attend que la ou le prochain Ministre des Transports soit nommé pour le promulguer.

On n'a rien perdu pour le moment. On aura perdu si le gouvernement nous dit qu'il veut mettre le Contrôle Technique en place. Pour le moment, ce n'est pas du tout le cas, bien au contraire.

Toutes les associations de motards et de bikers, toutes les motardes et les motards doivent rester solidaires et combatifs jusqu'au bout, sans faiblesse et sans céder à la panique. Les associations de fachistes anti-moto qui ont déposé le recours au Conseil d'État lisent les réseaux sociaux. Ne leur donnez pas la satisfaction de céder à la panique et à la division du monde motard. Les ennemis de notre liberté ne sont ni chez les motards, ni chez les bikers. Ils sont dans ces associations nuisibles, anti-2 roues motorisés comme "Respire" et "Raslescoot" qui n'ont qu'un seul but : nous interdire de vivre et de rouler libres.
 
Vous êtes toutes et tous les gardiens de la légendaire solidarité motarde que tout le monde nous envie. Vous êtes le mur infranchissable de notre liberté et de notre passion. Ne faiblissez pas. Restez soudés mobilisés et combatifs.


Vive la moto et la liberté.
V
Motardement
Jean-Marc Belotti Coordinateur FFMC Paris et Petite Couronne"

Conseil d'Etat : de quel décret parle-t-on ?

Pour interpréter correctement le communiqué de presse du Conseil d'Etat du 17 mai 2022, il faut identifier avec précision le décret sur lequel il prend position. Le Conseil d'Etat a formulé comme suit sa décision.

 

Plusieurs associations ont saisi le Conseil d'État pour contester le calendrier d’entrée en vigueur du contrôle technique des deux-roues motorisés que le Gouvernement a fixé au 1er janvier 2023 [cf. "Décret n° 2021-1062 du 9 août 2021 relatif à la mise en place du contrôle technique des véhicules motorisés à deux ou trois roues et quadricycles à moteur". Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le 1er janvier 2022 à l'exception des dispositions des articles 6 et 8 (concernant les 2RM) qui entrent en vigueur le 1er janvier 2023].

[...] Le juge estime, que compte tenu du délai nécessaire pour la mise en oeuvre matérielle du contrôle technique, un report d’entrée en vigueur [...] au-delà du 1er octobre 2022, n’est pas justifié. Pour ces raisons, il suspend aujourd’hui le calendrier décidé par le Gouvernement [dans le décret n° 2021-1062 du 9 août 2021].

 

NB : le Conseil d'Etat mentionne explicitement le décret n° 2021-1062 en bas de page de son communiqué.

Bras de fer entre FFMC PPC et la Préfecture de police

Après la dispersion de la manifestation du samedi 7 mai "Tous concernés par les ZFE", la responsable du service d'ordre de la FFMC PPC et le coordinateur de l'antenne PPC ont été sommés de suivre les policiers pour une comparution au Commissariat, la Préfecture reprochant à la FFMC PPC une « entrave à la circulation » au prétexte que:

  • les motards circulaient sur toutes les voies du périphérique
  • et marquaient quelques arrêts pour resserrer le cortège.

Ce délit décrit par l'article L 412-1 du Code de la Route prévoit des sanctions pouvant aller jusqu’à : 2 ans de prison, 4500€ d'amende, 3 ans de suspension de permis, retrait de 6 points sur le permis et immobilisation avec mise en fourrière des véhicules en cause.

La FFMC-PPC et son avocat ont contesté ces motifs pour raison de sécurité:

  • le cortège devant rester groupé pour ne pas que des voitures s’y intègrent
  • et suite à un accident où un véhicule avait accroché des motards lors d’une manifestation antérieure, il est avéré que la cohabitation d’un cortège de 2 roues motorisés progressant à 20km/h sur 2 voies et doublé par des voitures circulant à 70km/h sur les deux autres voies très proches est beaucoup trop dangereux.

En fin d’audition, les poursuites ont finalement été classées sans suite, le procureur considérant que l'infraction était insuffisamment caractérisée.

Pour autant, la FFMC PPC et son avocat ont signifié leur volonté de déposer une plainte aux motifs des articles du Code Pénal :
article 434 -1 pour délit d'entrave au droit de manifester, et
article 432-4 pour atteinte par une personne dépositaire de l'autorité publique à la liberté individuelle de manifester.

Mardi 10 mai : surprenant rétropédalage des autorités qui viennent d’informer la FFMC-PPC que finalement, le classement « sans suite » ne tient plus et que ses représentants devront finalement se présenter devant le procureur.


On peut très clairement constater la « pression » juridique exercée contre la FFMC et plus généralement contre la liberté de manifester. Bien évidemment, la FFMC ne se laissera pas intimider et est plus que jamais déterminée dans sa démarche citoyenne à défendre ses droits et ceux des motards.


A suivre.
Lire ci-dessous le Communiqué de Presse intégral, détaillant les faits.

 

Communiqué de presse : bras de fer entre la FFMC PPC et la Préfecture de Police de Paris
CP FFMC PPC bras de fer Préfecture 22-05
Document Adobe Acrobat 101.5 KB

Manif du 7/5 : 2ème convocation de PPC

Suite à l'interpellation des responsables de la FFMC à la fin de la manifestation du samedi 7 mai, qui s'est pourtant passée sans aucun incident, nous vous remercions sincèrement pour votre soutien et vos messages prouvant l'indéfectible solidarité du monde motard.

Mais ce qu'il faut retenir de cette affaire, c'est que ce ne sont pas une ou deux personnes qui sont attaquées, mais la FFMC dans son ensemble et surtout les libertés individuelles de toutes et tous.

Les dérapages de la préfecture de Paris sont de plus en fréquents et cette gangrène sécuritaire risque de se répandre dans d'autres départements si nous laissons faire. Nous l'avons vu, certains fonctionnaires de police eux-mêmes et notamment les motards sont gênés par cette situation et avouent à demi-mots qu'ils doivent obéir à des ordres qu'ils ne comprennent pas toujours.
La préfecture applique une politique de répression disproportionnée et il est impératif de lui rappeler qu'elle est au service des citoyens et non le contraire.

Ce lundi 9 mai au matin, nous sommes à nouveau convoqués et nous y allons avec notre avocat, pour, à notre tour déposer les recours et les plaintes en conséquence.

L'antenne de la FFMC PPC dans son ensemble est déterminée à frapper fort, à médiatiser les faits et à le faire systématiquement à chaque tentative d'intimidation venant de la préfecture ou de qui que ce soit d'autre et ce, quel qu'en soit le tarif, car la liberté des motards et celle de tous, n'a pas de prix.
Nous devons faire comprendre aux pouvoirs publics que la FFMC n'est pas la petite association du coin de la rue qu'on peut soumettre à volonté et avec laquelle on peut jouer sans retour de bâton.

Soyez certains que nous sommes conscients de la portée de notre mandat et nous assumons les contraintes qui vont avec. Y compris les risques administratifs et judiciaires.
Notre détermination est sans failles et nous défendrons les valeurs de la FFMC par tous les moyens à notre disposition.

Si vous désirez dénoncer ces dérapages au niveau local ou national, n'hésitez pas à utiliser et relayer les informations qui sont actuellement sur notre site et notre page Facebook.
Nous vous tenons au courant de la suite des évènements.

Motardement.
Jean-Marc BELOTTI
Coordinateur FFMC PPC

Manif du 7/5 : PPC en audition

A l'issue de la manifestation du samedi 7 mai, 2 membres du bureau de l'antenne FFMC PPC, dont le coordinateur, ont été escortés par la Brigade de Répression de l'Action Violente motorisée (BRAV) jusqu'au commissariat du 13ème arrondissement de Paris afin d'être entendus par la police. L'objet de l'interpellation concerne un arrêt sur le périphérique, dans le cadre du parcours déposé et approuvé, afin de rassembler le cortège des motards.

L'audition est en cours ce samedi soir à 18 heures 30, mais l'antenne PPC dénonce le ridicule de cette situation et, surtout, cette nouvelle tentative de la Préfecture de faire pression sur le droit de manifester des motards, à l'issue d'une manifestation qui, à nouveau, s'est déroulée sans aucun aléa.

La précédente tentative ne datait pas plus tard que de mardi dernier, où à 72 heures de la manifestation, la Préfecture refusait pas moins que le point de départ, le point d'arrivée et le parcours de cette manifestation, alors que ceux-ci avaient été déposés 3 semaines plus tôt !

France Bleu Paris : "La Petite Couronne dans le collimateur des motards"

La Fédération Française des Motards en Colère appelle à manifester le samedi 7 mai à 14 heures contre la mise en place des Zones à Faible Emission (ZFE).

 

Interviewé par la rédaction de France Bleu Paris, Jean-Marc Belotti, coordinateur de la FFMC Paris explique : "Il est tout de même incroyable qu'on interdise aux 2 roues motorisés à circuler dans les ZFE puisque, de par leur encombrement, ils sont beaucoup moins gros qu'une voiture, l'espace intérieur du véhicule est utilisé à 50% [...], le poids est beaucoup moins important, la consommation est moins importante, la fluidité est beaucoup plus importante. Le 2 roues motorisés, de par sa fluidité, apporte une vraie plus value en termes de trafic urbain et, donc, d'écologie [...]".


Ecoutez l'intégralité de l'interview ici.

Samedi 7 mai : TOUS CONCERNES par les ZFE !

Le temps passe et les nouvelles échéances de mise en place des Zones à Faibles Emission (ZFE) se rapprochent. Et les métropoles concernées sont désormais de plus en plus nombreuses !

 

Après les manifestations de soutien contre la ZFE rouennaise, la FFMC PPC appelle à nouveau les motards, motardes et scootéristes à se  mobiliser contre les ZFE franciliennes, prochainement interdites aux Crit'air 3 et 2, puis 1 (et les véhicules sans vignette Crit'air). En ville, les 2-3 roues motorisées restent une solution pour la fluidité du trafic et contre la pollution !

Restons mobilisés pour dire "non" aux ZFE ! Rendez-vous samedi 7 mai dès 14 heures sur l'avenue Foch à Paris (porte Dauphine). Nous vous attendons : "Plus nombreux, plus forts" !

Prochaine réunion d'information

Notre prochaine réunion plénière d'information aura lieu le jeudi 2 juin à 20h30 dans les locaux de Motomag au 8 rue Jean-Jacques Rousseau à Montreuil. Elle est ouverte à toutes et tous.

Avant la réunion plénière, à partir de 19h30, un Délégué Bénévole de la Mutuelle des Motards sera présent pour répondre à vos questions d'assurance.

Les présentations effectuées durant nos réunions plénières sont publiées dans le dossier "CR plénière", ainsi que les informations complémentaires données en réunion.

Apéro motard Bastille : 3ème vendredi chaque mois

Les rendez-vous motards de la Bastille reprennent après la trêve hivernale, mais à un rythme désormais mensuel, le 3ème vendredi de chaque mois.

 

Tout en restant un lieu de convivialité et de rencontre, l'apéro motard sera à nouveau un moment d'information et d'échanges sur les nombreux sujets qui concernent actuellement les motards : stationnement payant, interdictions de circuler dans la ZFE du Grand Paris et la ZTL de Paris centre, le Contrôle Technique, les radars de bruit, etc. La réunion plénière du 1er jeudi du mois à 20h30 à Montreuil reste l'autre rendez-vous d'information et de rencontre de l'antenne.


Les prochaines dates seront les vendredis 20 mai puis 17 juin 2022 à partir de 21 heures.

Contrôle Technique 2RM : le nouveau décret dans quelques jours, suite aux interventions de la FFMC et la FFM

Communiqué de la FFMC Nationale.

Après plus de 10 années de combat, de nombreuses mobilisations et de multiples réunions, la FFMC (Fédération Française de Motards en Colère) et la FFM (Fédération Française de Motocyclisme), seules fédérations à travailler avec les ministères concernés contre le contrôle technique des 2 roues motorisés viennent d’obtenir son annulation. La décision a été validée le mardi 22 mars par le Conseil d’État et le décret sera publié au plus tard le 8 avril prochain.

Nous regrettons cependant que certaines associations ou fédérations, viennent entacher cette avancée historique pour tous les usagers de 2RM en fracturant l’unité et la solidarité légendaire du monde de la moto par des communiqués sur les réseaux sociaux, ou elles tentent de faire croire qu’elles sont à l’origine de nos victoires, alors qu’elles n’existaient même pas lorsque ce combat a commencé.

Pire encore, ces structures, ne cessent de répandre des propos diffamatoires en accusant la FFMC et ses militants de collusion avec les pouvoirs publics et de vivre des subventions de l’état. La FFMC n’a jamais reçu aucune subvention de l’Etat afin de garantir son indépendance, son autonomie et ainsi garder sa liberté non seulement d’expressions mais également d’action !

Nous rappelons que la FFMC fonctionne uniquement grâce aux adhésions. Celles des motards, et celles des structures qui forment le Mouvement Motard FFMC. Non seulement tous ses militants sont bénévoles, mais en plus, certains d’entre eux, ne se font même pas rembourser les frais engendrés par leur activité au sein de leur antenne.

Contrairement à ses détracteurs qui ne peuvent en dire autant, les comptes de la FFMC font l’objet d’une mission de présentation par un cabinet d’expertise comptable et d’un contrôle par des vérificateurs aux comptes, puis sont votés et approuvés chaque année par ses adhérents. À l’issue des assemblées générales annuelles, les comptes de chaque antenne FFMC (il y en a 85 sur tout le territoire, y compris ultra marin) sont déposés en préfecture et consultables par le public en toute transparence…

Malgré le respect mutuel, les bonnes relations et même l’aide amicale que nous avons toujours apporté à certaines de ces fédérations, elles ont continué à nous égratigner par des petites provocations mais aujourd’hui, elles s’attribuent notre travail et nos victoires !

Nous espérons la fin de ces attaques et dérapage, car le mensonge et l’usurpation ne sont plus acceptables. En tous cas, la FFMC fédération citoyenne de plus de 40 ans, a vocation à rassembler tous les motards et se bat pour l’ensemble d’entre eux, adhérents ou pas. Elle peut le faire en association avec d’autres structures qui ont les mêmes valeurs, comme c’est déjà le cas, car elle considère que l’ennemi de nos libertés n’est pas dans le milieu motard, mais ailleurs.
Elle n’est pas dans une culture de guerre de territoire et elle ne s’y abaissera jamais. Ce n’est ni dans ses statuts, ni dans son fonctionnement et encore moins dans ses convictions.

Nous invitons par conséquent les dirigeants de ces fédérations à revenir aux valeurs de respect et de solidarité dont ils parlent tant.
À bon entendeur
Plus nombreux, plus forts !

Stationnement payant à Paris : copie à revoir !

Alors que Paris annonce que le stationnement des 2-3 roues motorisés sera payant au 1er septembre 2022, à des tarifs de 50% ceux des voitures, cinq acteurs majeurs du monde de la moto (FFM, FFMC, CSIAM, CNPA, Codever *) interpellent la Mairie de Paris sur son projet dans un communiqué. Tous ces représentants des motards estiment en effet que la Mairie n’a pas appréhendé ce sujet dans sa globalité et que celui-ci est, par conséquent, inadapté. En effet :

* le nombre de places de stationnement dédiées est notablement insuffisant à ce jour (la préfecture de Police évalue à près de 100 000 le manque de places manquantes !);
* le parc de bornes pour recharger les 2-3RM électriques (pour les usagers ayant la capacité d’en acquérir) est à l’heure actuelle très insuffisant, voire inexistant.


Les 5 acteurs questionnent donc la Ville de Paris : "Comment les usagers de revenus modestes utilisant leur 2-3RM chaque jour pour travailler pourront-ils supporter ces coûts alors qu’aucune alternative crédible de mobilité ne leur est proposée ?".

Enfin, ces acteurs du monde de la moto demandent instamment à la Mairie de Paris de reprendre ce dossier, en concertation avec l’ensemble de la filière des 2-3RM. Ils concluent en rappelant, s’il en était besoin, que les 2-3RM représentent une solution de mobilité peu émettrice de CO2, qui permet également d’éviter la congestion du trafic !

 

(*) La Fédération Française de Motocyclisme (FFM) représente les instances du sport motocycliste. La Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) représente les usagers de 2 et 3 roues motorisés. Le CNPA est l'organisation patronale qui défend les intérêts des entreprises de la distribution et des services de l’automobile et du motocycle en France. Le Codever est le collectif de défense des loisirs verts. Le CSIAM est la chambre syndicale des importateurs d’automobiles et de motocycles.

Et aussi la pétition : "Non au stationnement payant"

Si vous ne l'avez pas encore fait, il est encore temps de signer ici et de partager la pétition qui demande le maintien, justifié par toutes les raisons précédentes, du stationnement gratuit pour les 2-3 roues motorisés ! Sans votre mobilisation, la FFMC ne peut rien : la FFMC c'est vous !

NB : le site Change.org vous incite à verser un don. Ces sommes contribuent au fonctionnement de ce site, mais ne sont nullement reversées à la FFMC.

 

 

Retrouvez les précédentes actualités concernant le stationnement payant à Paris et en Petite Couronne dans la rubrique "Nos combats" de la ffmc75.net

Soutenez la FFMC : adhérez !

Plus nombreux, plus forts !
Vos adhésions nous apportent les moyens financiers pour développer ses actions (pour garder notre indépendance, nous ne touchons aucune subvention de fonctionnement) et pour être "plus représentatifs" devant les pouvoirs publics !

 

L'adhésion pour une année civile (du 1er janvier au 31 décembre) est de 42€.

 

Pour adhérer, c'est ici (par carte bancaire ou par chèque !).
N'hésitez pas à nous contacter pour toute question.

 

Rappel : offre spéciale d'abonnement à Motomag, réservée aux adhérents de la FFMC. Pour en savoir plus, cliquez : ici.

Nos autres combats... sur le site

L'historique de tous nos combats se retrouve dans le menu... "Combats" ! :


* contre le stationnement payant des 2-3 roues motorisés,
* contre les interdictions de circuler en ville (ZTL à Paris, Crit'air à Paris, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne, en régions...),
* contre le contrôle technique obligatoire,
* contre le manque d'entretien des infrastructures,
* contre l'inflation réglementaire (mesures inutiles) dont le 80 km/h,
* contre l'obligation du port d'équipements homologués, etc.

Mais aussi :
* POUR la formation et la sensibilisation des jeunes,
POUR les roulages gratuits sur circuit,
* POUR la circulation inter-files,
* POUR l'incroyable histoire des Motards en Colère !
* POUR nos 30 ans de victoires !

 

Retrouvez-nous également sur la page Facebook FFMC PPC.

Consultez l'agenda des événements où l'antenne FFMC PPC est présente en consultant cette page sur notre site.

Téléchargez l'agenda de l'antenne PPC dans l'application de votre smartphone ou tablette (format "iCAL") en cliquant ici.

Alimentez votre lecteur de flux RSS avec les événements de l'antenne PPC (format "XML") en cliquant ici.

Ras le vol !

Parce que 70 000 motos ou scooters disparaissent chaque année, savoir se protéger contre le vol de sa bécane n'est pas un luxe !
Pour éviter les désagréments d'un vol, la FFMC en partenariat avec Moto Magazine et l’Assurance Mutuelle des Motards, vous a conconcté 8 pages de conseils simples et pratiques regroupés autour de 5 thèmes :

  • comment reconnaître un bon antivol?
  • les bons réflexes pour stationner ;
  • transporter en sécurité son antivol ;
  • les dispositifs complémentaires (électroniques et mécaniques) ;
  • les nouvelles techniques de vol.


En plus, c'est gratuit et téléchargeable : ici.
Vous pourriez même vous le faire voler par vos potes...  ;-)

Quel permis pour mon 2-3 roues ?

Spécialiste de l'assurance des 2 et 3 roues motorisés, la Mutuelle des Motards met à votre disposition un simulateur donnant instantanément la réponse à la question "quel permis dois-je posséder pour conduire mon 2-roues ?".