Bienvenue à tous !

Pour recevoir nos informations, inscrivez-vous !
Pour recevoir nos informations, renseignez ces 3 champs, cliquez sur le bouton "Envoyer" puis validez l'email de confirmation envoyé par MailChimp. Depuis un smartphone, cliquez ici.

 

Retrouvez-nous également sur la page Facebook FFMC PPC.


Nous sommes également présents sur Twitter @ppc_ffmc

Circuit Carole

Roulage gratuit

Prochains week-ends de roulages gratuits au circuit Carole... En février : 23-24-25. En mars : 2-3-4, 9-10-11, 16-17-18. Retrouvez ces dates dans notre agenda et téléchargez-le sur votre smartphone, tablette ou PC ! Vous voulez nous aider ? c'est ici.

ATTENTION !!! Prochaine réunion plénière d'information : jeudi 5 avril 2018 à 20h30 dans les locaux de Motomag au 8 rue Jean-Jacques Rousseau à Montreuil (pas de plénière en mars, du fait de l'Assemblée Générale). Les compte rendus des anciennes plénières sont ici.

Voir aussi : nos rendez-vous "FFMC Bastille".

Les présentations effectuées durant nos réunions plénières sont publiées dans le dossier "CR plénière".

Stationnement payant à Vincennes : 600 motards envahissent le centre-ville

Samedi 24 février, par une température de 4° C, 600 motard-e-s et scootéristes se sont rassemblés à Vincennes pour protester contre la décision de la Mairie de Vincennes (et d'autres communes en Ile-de-France, comme Charenton) de faire payer les emplacements de stationnement pour les 2-roues motorisés.
Devant les médias, Jean-Marc Belotti, le coordinateur de l'antenne FFMC Paris Petite Couronne a rappelé les arguments des motards : les 2-roues motorisés apportent de la fluidité dans le trafic urbain. De plus, les stationnements de 2-roues situés en sorties de parkings, dans les intersections dangereuses ou à proximité des passages piétons apportent un surcroît de sécurité, en dégageant le champ de vision des automobilistes qui abordent ces zones.

 

Cette revendication concernant la ville de Vincennes, le cortège est resté à l'intérieur de la commune, en empruntant ses axes principaux (cours des Maréchaux, avenue de Paris, rue de Fontenay), puis en se dirigeant vers le centre-ville (avenue du Château, rue du Midi, place du Général Leclerc). L'itinéraire était très court (moins de 3 kilomètres) mais le cortège a fait sensation dans les rues commerçantes, parfois étroites, de la cité royale !

Le cortège s'est ensuite arrêté devant l'Hôtel de Ville où une délégation du bureau de l'antenne FFMC PPC a été reçue par 2 adjoints de permanence. Les élus ont regretté que cette manifestation ait été organisée sans concertation préalable, ce qui nous a permis de leur rappeler nos précédentes rencontres et échanges téléphoniques depuis le 20 janvier avec l'adjoint aux Transports de la ville, M. Christophe Boissière.


La Municipalité estime que le stationnement payant des 2-roues motorisés est justifié dans la mesure où ces emplacements occupent des places précédemment affectées aux automobilistes, qui paient leur stationnement. La généralisation du stationnement payant est donc un choix de la ville, alors que le stationnement gratuit de courte durée (type "zone bleue") peut également amener une rotation dans l'occupation des emplacements. La FFMC a regretté ne pas avoir été entendue par les représentants de Vincennes malgré plusieurs échanges avec M. Boissière.

 

Les élus présents ont indiqué que la Commune était tout à fait disposée à discuter avec la Fédération Française des Motards en Colère pour trouver des solutions, et qu'un entretien avec Mme la Maire sera organisé en ce sens. L'expérience a montré que les promesses des élus doivent être considérées avec prudence, car elles peuvent rapidement être oubliées quand "la pression" redescend... Le défilé des Motards en Colère a cependant fait impression car les élus ont demandé à ne pas refaire de manifestation le week-end prochain!

Restez donc à l'écoute sur les réseaux sociaux et notre site car nous ferons appel à votre mobilisation tant que nous serons pas entendus. Le stationnement payant des motos et scooters est une première et l'exemple de Vincennes et Charenton ne doit pas faire exemple auprès des autres communes !

En kiosque...

Le numéro 345 (mars 2018) de Moto Magazine consacre plus de 5 pages aux dernières annonces du Comité Interministériel de Sécurité Routière avec, en point d'orgue, cette question-titre "80 km/h, la mobilisation va-t-elle payer ?".

* Actualités : 80 km/h, la mobilisation finira-t-elle par payer? – Marché 2-roues 2017, une reprise modérée – MotoGP, les forces en présence – Enduro extrême, la Bassella race en Espagne - Portrait d’Yvan Bourgnon navigateur.
* Essais : Yamaha MT-09 SP – Triumph Bonneville Speedmaster - Kawasaki H2 SX SE - Royal Enfield Himalayan – Harley Davidson Softail Sport Glide 107 – Ducati Panigale V4 S.
* Comparatif néorétros : Honda CB 900 RS - Kawasaki Z 900 RS – Yamaha XSR 900.
* Tests équipements : actus – 8 applis pour smartphones – Les produits du mois.
* Occasion : Yamaha FZ8 N/S.
* Assurance / vos droits : assurer une moto électrique – Le circuit n’est pas une zone de non-droit.
* Tourisme : la Provence, du Rhône au Lubéron.

Rappel : adhérents à la FFMC, vous bénéficiez d'un tarif réduit pour vous abonner à Motomag : magazine, hors séries, version "papier" ou version numérique pour vos écrans ou tablettes... Choisissez votre formule !

Adhérents FFMC : téléchargez le formulaire pour bénéficier des tarifs réduits de Motomag
Motomag+FFMC 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 302.2 KB

Stationnement payant, la décentralisation du racket

Depuis le 1er janvier 2018, l’État a confié la gestion du stationnement aux collectivités locales. Alors que certaines d’entre-elles ont opté pour une politique du stationnement au service des citoyens en continuant d’appliquer la règle de la zone bleue, d’autres en profitent pour augmenter leurs recettes sur le dos des usagers.

Dans cette course au gain, les mairies de Vincennes et Charenton (94) passent à la vitesse supérieure en imposant un stationnement payant aux deux roues motorisés.
Jusqu’à présent ceux-ci, de par leur faible encombrement et la fluidité qu’ils apportent au trafic urbain, en étaient exemptés.

La Fédération Française des Motards en Colère de Paris a rencontré Monsieur Christophe Boissière, adjoint à la maire de Vincennes en charge de la voirie et des transports.

Si l’entretien a été très courtois et Monsieur Boissière à l’écoute, les propositions faites par la Fédération pour la gratuité en échange d’une solution de stationnement apportant une réelle plus-value pour la sécurité des autres usagers, n’a pour le moment pas été retenue.
De ce fait, la FFMC de Paris, appelle à une mobilisation le samedi 24 février et donne rendez-vous aux manifestants à 14 heures sur l’esplanade du château de Vincennes.

Les antennes de la FFMC de Paris et d’ile de France sont soutenues par La Fédération des Bikers de France et le Vespa Club de Paris, qui appellent leurs adhérents à rejoindre la mobilisation.

Stationnement payant... à Charenton aussi

 

Motomag.com revient sur les arguments du Maire de Charenton (Val-de-Marne) pour imposer le stationnement payant à partir du 2 avril 2018 aux 2-roues motorisés.

 

Des arguments... plutôt infondés comme le démontre Motomag. Etonnant !

 

Retrouvez cet article sur...

Le 19.45 de M6 : le stationnement payant en ville pour les 2 roues

Le mercredi 14 février, dans son journal télévisé de 19h45, M6 a consacré un reportage sur le stationnement payant pour les 2-roues motorisés, suite aux décisions prises par les Conseils municipaux de Vincennes et de Charenton (Val-de-Marne) de faire payer leurs emplacement moto à partir du 2 avril prochain.

 

Extraits...

"[...] Dans le Val-de-Marne, 2 communes viennent de prendre une décision stratégique pour le printemps: faire payer pour la première fois aux 2-roues le stationnement. Une mesure qui faire déjà réfléchir d'autres villes et qui pourraient donc faire des émules [...].

Mais passer à l'horodateur ne plait pas aux Motards en Colère. Pour eux, rouler en 2-roues participe à la fluidité de la circulation.


Alain Quemener (FFMC PPC) : Nous sommes des fluidificateurs de trafic. C'est-à-dire que si, tous, nous descendions de nos 2-roues pour envahir les transports en commun ou prendre nos voitures, je vous laisse imaginer la situation des transports, qui sont déjà saturés, je vous laisse imaginer les bouchons qui sont déjà colossaux, qui seraient renforcés.

Le 24 février, les motards manifesteront à Vincennes leur crainte que la mesure fasse tâche d'huile à Paris et un peu partout en France".

Fermeture des voies sur berges : annulée !

D'après Julien Costantini (Fédération Française des Automobilistes Citoyens) sur https://www.ac.ffac-citoyens.fr/articles/23450-la-fermeture-des-voies-sur-berges-annulee

Le Tribunal Administratif de Paris vient de fusiller en règle l'arrêté de fermeture des voies sur berges mis en place par la Mairie de Paris.
La déclaration d'intérêt général du projet a également été annulée, aux termes d'une décision lourdement motivée. Le Tribunal a ainsi relevé :

1. l'absence d'évaluation du nombre de véhicules qui ne font que transiter par les voies sur berges (et donc du report de véhicules et ses incidences);
2. l'absence de quantification du phénomène d' "évaporation" du trafic ;
3. l'absence d'estimation de la pollution induite sur les axes de report, ou sa sous-estimation (car basée sur une vitesse de 50 km/h, presque jamais atteinte en pratique ;
4. le peu de crédit à accorder à la méthode d'évaluation des nuisances sonores.

Bref, le Tribunal estime que les inexactitudes, omissions et insuffisances sur des éléments majeurs d'appréciation de l'intérêt général du projet n'ont donc pas permis au public d'apprécier les effets du projet au regard de son importance et de ses enjeux.
La procédure d'adoption du projet étant ainsi viciée par ces défauts de procédure, le Tribunal Administratif a décidé d'annuler le projet de piétonisation. Par voie de conséquence, il annule également la fermeture des voies sur berges.

De plus (s'il fallait encore en ajouter...), le Tribunal relève que la motivation de l'arrêté est incorrecte car fondée sur un texte qui autorise la fermeture de voies à certaines heures... et non définitivement !

"Bien évidemment, la Mairie de Paris ne manquera pas de faire appel, sauf à devoir recommencer toute l'étude d'impact, l'enquête publique, et la motivation de son projet d'aménagement et la fermeture des voies.
Toutefois, l'appel n'est pas suspensif. Ce qui signifie que la Mairie de Paris doit rouvrir les voies sur berges sans attendre l'issue de la procédure".

 

 

Lire l'analyse complète de Julien Costantini sur...

Les voitures vont-elles faire leur retour sur la voie express Georges-Pompidou ?

Pour l'adjoint écologiste aux Transports Christophe Najdovski, "il n'y aura pas de retour des voitures sur les berges de Seine rive droite, ni dans les prochains jours, ni dans les prochaines semaines, ni dans les prochains mois".
Pour autant, la préfecture de police de Paris a conclu que l'aménagement "tel qu'il avait été projeté" ne pouvait "se poursuivre". Et souligné que le nouvel arrêté envisagé par la maire de Paris devra être soumis au préfet de Police "au titre du contrôle de légalité".

Sud Radio : faut-il appliquer le 80 km/h ?

Lundi 19 février, dans l'émission "Le Grand Soir" sur Sud Radio, Pierre Chasseray (le Délégué Général de l'association "40 millions d'automobilistes"), Marc Bertrand (chargé de mission Sécurité Routière à la FFMC) et Me Nicolas Ferté (spécialiste du permis de conduire et de la route) ont répondu aux questions de Christophe Bordet : "La Corrèze doit-elle appliquer le 80 km/h ?".

 

Cette émission fait suite à la décision unanime du Conseil Départemental corrézien de demander au Premier Ministre le droit de maintenir la limitation de vitesse à 90 km/h sur ses routes secondaires, en raison de ses forts investissements sur les infrastructures et de la contribution limitée des excès de vitesse aux accidents corporels du département (17 % en Corrèze, contrairement au chiffre de 31% annoncé par la sécurité routière).

Vous pouvez podcaster et réécouter les trente-et-une minutes d'argumentaire, qui ont convaincu les auditeurs : à l'issue de l'émission, 80% des auditeurs se sont exprimé contre l'application du 80 km/h en Corrèze ! Extraits...

Pierre Chasseray : "Qu'est-ce qui se passe quand on baisse la limitation à 80 km/h ? [...] On augmente l'accidentalité !" (à 1mn48).

P. Chasseray : "Le Sénat réclamait à corps et à cris le rapport sur le 80 km/h, que ne fournissait pas -évidemment- la Sécurité Routière parce qu'il n'était pas bon ; il devient bon à partir du moment où la Sécurité Routière et l'Etat investit sur ces routes limitées à 80 km/h pour derrière les sécuriser par les infrastructures" (à 2mn25).

P. Chasseray : "La seule vraie question qui devrait se poser aujourd'hui, et à laquelle personne n'a répondu : quel est le taux d'accidents dont la cause est une vitesse comprise entre 80 et 90 ? On n'a pas d'étude parce que évidemment la vitesse n'est pas en cause dans ce type d'accidents. Donc en quoi baisser la vitesse, comme par magie, ferait baisser le nombre de victimes ? Ca ne fonctionne pas" (à 3mn22).

P. Chasseray : "Si on prend avant 2002 par exemple : la vitesse moyenne augmentait sur les routes et les accidents n'ont pas pour autant augmenté loin de là. C'est du comportement !" (à 4mn05).

Marc Bertrand : "L'augmentation du nombre de morts de ces dernières années est surtout liée aux usagers vulnérables : piétons, cyclistes en ville. Il a été démontré que la vitesse moyenne sur les réseaux concernés par cette baisse de vitesse future était déjà de 82 km/h. Donc, comme vous l'avez souligné, les conducteurs se comportent déjà globalement assez bien" (4mn27).

Pub contre sécurité routière : 1-0 !

La FFMC dénonce l'usage de l’argent public pour une opération de communication, plutôt que de l'utiliser pour l’éducation routière et les investissements sur les routes !

 

Ces 2 pages entières de publicité de la sécurité routière ont été reproduites dans plus de 300 journaux durant le week-end du 19 février !!!

Les routes à 80 km/h plus accidentogènes qu'à 90 km/h ?

Après que la revue "Auto plus" ait dénoncé les insuffisances de l'expérimentation menée sur les routes bidirectionnelles limitées à 80 km/h (durée trop courte de l'expérimentation, mortalité principalement due aux drogues-alcools, rénovation des chaussées avant l'expérimentation, baisse de la circulation sur le tronçon étudié en faveur des routes avoisinantes à 90 km/h...), c'est au tour de l'association "40 millions d'automobilistes" de publier son propre rapport.

Pour son étude, l'association a analysé le fichier des Bulletin d’Analyse des Accidents Corporels de la Circulation (BAACC). Elle a recensé tous les accidents survenus sur les 3 portions de routes nationales concernées par l’expérimentation de juillet 2015 à juin 2017 (86 kilomètres dans la Drôme, la Haute-Saône, la Nièvre et l’Yonne) et les a comparés avec les données des années 2012 à 2016 pour déterminer l’impact de la réduction de vitesse sur l’accidentalité et la mortalité.
« Nous avons étudié tous les accidents survenus entre 2012 et 2016 sur ces sections de routes nationales et l’analyse de ces chiffres démontre que l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h à partir de juillet 2015 n’a pas permis de réduire le nombre d’accidents -et plus particulièrement le nombre d’accidents mortels- de la circulation. Sur certaines portions, l’accidentalité est même repartie à la hausse avec la mise en œuvre de l’expérimentation! » révèle Pierre Chasseray, le délégué général de l'association.

De plus, lorsque "40 millions" analyse les statistiques de mortalité à l’échelle nationale, les sections soumises à l’expérimentation des 80 km/h subissent un accident mortel tous les 28,7 kilomètres alors que 1 911 accidents mortels ont été recensés sur les 386 224 kilomètres du réseau secondaire français en 2016, soit un accident mortel en moyenne tous les 202 km.

A l’aune de ces éléments, "40  millions d’automobilistes" demande au Gouvernement de renoncer à la mesure de généralisation des 80 km/h.

80 km/h : le gouvernement prendrait-il en considération les manifestations de la FFMC ?

Après que le Premier Ministre, Edouard Philippe, ait annoncé unilatéralement l'abaissement à 80 kh/h de la vitesse maximale sur les routes birectionnelles sans terre plein central, le gouvernement semble prendre en considération les manifestations de la FFMC et des automobilistes, ainsi que les réactions des élus.

La politique de "Sécurité rentière" gouvernementale a, elle, été bien comprise par les 80 motards qui manifestaient dès le 12 janvier devant la préfecture de Nantes, la soixantaine de motards réunis le 18 janvier sur le parvis de la préfecture de Metz, la cinquantaine de militants qui ont sensibilisé les automobilistes le 20 janvier à Bourges, les 300 motards qui se sont mobilisés pour une opération escargot le 21 janvier de Brest à Chateaulin, les 200 motards et une dizaine d'automobilistes qui ont interpelé François de Rugy (député LREM et Président de l’Assemblée Nationale) le 26 janvier à Nantes, les 300 motards et une cinquantaine d'automobilistes qui se sont mobilisés le 27 janvier à Toulon, les 500 motos et 50 voitures qui ont défilé le 27 janvier de Cherbourg à Saint-Lô, les 3500 motards qui ont manifesté le 27 janvier à Bordeaux, les 700 motards qui ont manifesté le 3 février à Laval et ont ainsi rencontré le Préfet, les 2000 motards qui ont convergé le 3 février vers Châteauroux, les 4000 motards alliés aux 200 automobilistes qui ont occupé le périphérique et le centre de Paris le 3 février, les 3000 motards et 300 automobilistes qui ont défilé le 3 février dans les rues de Toulouse, 4000 motards à Nîmes et Clermont l'Hérault le 3 février, les 9 et 10 février à Rodez et Villefranche de Rouergue, une centaine de motards le 10 février à Saint-Pierre de la Réunion, 1150 motos et 200 automobiles le 10 février au Mans, les 4000 motards présents dans les rues de Caen le 10 février, 550 personnes dont 300 motards le 10 février dans l'Yonne, 500 motards et 100 automobilistes le 10 février devant la préfecture de Troyes.

Dimanche 11 février, à l'issue de son émission "Questions politiques" sur France Inter, où il recevait Gérard Collomb, le Ministre de l'Intérieur, Ali Baddou conclut brièvement avec une question qui préoccupe visiblement les usagers de la route.


A. Baddou - "Renoncerez-vous à la limitation de la vitesse à 80 km/h ?".
G. Collomb - "Demandez au Premier Ministre, il vous répondra".
A. Baddou - "Vous disiez que cette décision avait été prise avec trop de précipitation ?".
G. Collomb - "Il a décidé de discuter de ce problème avec les présidents de Conseils Départementaux, qui sont les premiers concernés comme vous le savez par la mesure. Donc les choses vont être, comme toujours, dans la concertation".

Le Premier Ministre semble donc avoir bien reçu le message des motard-e-s, de la FFMC et des associations d'automobilistes. Espérons donc que la "concertation" qu'il entame avec les élus porte enfin ses fruits !

L'intervention de G. Collomb sur les "80 km/h" se situe à 52mn 48s du podcast de l'émission "Questions politiques" du 11 février.

France 2 et le 80 km/h : démonstration truquée

Dans un communiqué du 7 février, l’Association des Médias Auto et Moto (AM-AM) qui regroupe journalistes, constructeurs et équipementiers, s’interroge sur la pertinence des tests et la sincérité des mesures publiées dans un reportage intitulé "Rouler à 80 km/h, quelle différence ?" diffusé lors du journal de 20H sur France 2, le 3 février 2018.

 

Le reportage de France 2 énonce 3 conclusions :

  • 3 minutes de plus à 80 km/h pour couvrir 100 kilomètres,
  • 4,4 litres de diesel consommés à 90 km/h contre 4,1 litres à 80 km/h,
  • 40 mètres pour s'arrêter à 90 km/h contre 31,5 mètres à 80 km/h.


Extraits du communiqué de l'AM-AM...

Tout d’abord, les deux véhicules participant au test ont été présentés comme « identiques », ce qu’ils ne sont pas. [...] Le modèle le plus récent est en effet plus économe de 0,5 litre aux cent kilomètres selon les données d’homologation. C’est pourtant celui qui servira à « démontrer » qu’il est plus économique de rouler à 80 qu’à 90 km/h.

Par ailleurs, le reportage présente également un test de freinage, l’un réalisé à 80 km/h et l’autre à 90 km/h. [...] Nous considérons ce test comme presque parodique au regard de ce que nous connaissons de la rigueur qui prévaut chez les équipementiers en la matière. Une mesure de freinage fiable nécessite en effet d’être réalisée avec du matériel adapté et des professionnels aguerris.

Pour l’AM-AM et ses membres, il n’est pas concevable que des tests réalisés dans des conditions aussi empiriques puissent servir à démontrer quoi que ce soit, surtout en matière de sécurité routière. D’autre part, en tant que professionnels défendant une charte déontologique, nous sommes pour le moins décontenancés par l’image que ce reportage fait rejaillir sur les professionnels de l’information liée à l’automobile.
Nous espérons vivement que France 2 accueillera ce communiqué comme une amicale invitation à considérer l’automobile et la sécurité routière comme des domaines suffisamment sérieux pour ne pas souffrir de telles approximations.

 

Communiqué du 7 février 2018 de l'AM-AM
AM-AM 18-02-07 réaction reportage JT20h
Document Adobe Acrobat 141.3 KB

Le Sénat demande de suspendre les 80 km/h

Motomag.com publie ce 9 février la copie d'un courrier adressé par le Sénat au Premier Ministre.
Après avoir entendu Emmanuel Barbe (le Délégué à la Sécurité Routière), deux commissions du Sénat (la "commission de l'aménagement du territoire et du développement durable" et la "commission des lois constitutionnelles du règlement et d'administration générale") écrivent au Premier Ministre, Edouard Philippe qui a annoncé la limitation à 80 km/h sur les voies bidirectionnelles, pour exiger une réponse aux "questions d'actualité" qui lui ont été posées au Sénat.

Ces commissions insistent sur le principe que, "en matière de sécurité routière, l’effet d’une mesure est d’autant plus significatif qu’elle est comprise et acceptée par la population".
Dans ce contexte, les membres des commissions demandent au Premier Ministre de suspendre la mise en place de la limitation à 80 km/h, dans l'attente des conclusions de travaux complémentaires. Les commissions comptent désormais consulter des acteurs institutionnels, des experts et des associations.

Le courrier porte les signatures "cordiales" et "courtoises" de Jean-Luc Fichet (groupe Socialiste et républicain), Michel Raison (groupe Les Républicains) et Michèle Vullien (groupe Union centriste)... une belle unité !

 

Lettre du Sénat au Premier Ministre demandant de suspendre la mise en place de la limitation à 80 km/h
En date du 8 février 2018.
Sénat EPhilippe-suspension-decret-securi
Document Adobe Acrobat 676.8 KB

Paris : 4000 motards et 200 automobilistes contre les 80km/h

 

Pour en savoir plus, lire l'article et consulter la vidéo sur...

Extraits.

 

Sur l’esplanade du château de Vincennes, le parking est bien rempli malgré une pluie incessante qui accompagnera les motards toute la journée. Ils sont près de 4000 à avoir fait le déplacement, épaulés par 200 automobilistes. La Fédération française des motards en colère de Paris petite couronne (FFMC PPC), organisatrice de cette manifestation a bien fait les choses en fabriquant un radar automatique de près de 3 mètres de haut avec de gros autocollants « 80 km/h : stop au racket ».


La longueur de la manifestation est impressionnante, plusieurs arrêts sont nécessaires sur le périphérique pour permettre le regroupement des manifestants. Arrivés à la sortie, porte de Charenton, les motards tentent une action avant de quitter le périphérique en tendant une chaine, avec des pneus, pour entraver la circulation. L’action est avortée par l’intervention rapide et en masse des CRS.


Le cortège se remet en route jusqu’au pont Iéna, juste au pied de la tour Eiffel. Jean-Marc Belotti prend la parole une dernière fois pour annoncer la dispersion de la manifestation, mais aussi l’abandon sur place du radar « maison ». « C’est leur radar, on leur laisse ! ».

PPC dans le Grand soir WE de LCI

 

Ce samedi 3 février, Jean-Marc Belotti, coordinateur de l'antenne FFMC Paris Petite Couronne était l'invité de LCI pour l'émission "Le grand soir".

Replay : la FFMC PPC sur C-News

Jean-Marc Belotti, le coordinateur de l'antenne FFMC Paris Petite Couronne était l'invité de Nelly Daynac sur C-News ce samedi 3 février, pour revenir sur la manifestation qui a fédéré motards et automobilistes à Paris.

La manif du 3 février à Paris en images

N'oubliez pas de partager avec le #FFMC_PPC vos photos insolites de la manifestation du 3 février à Paris avec le sticker "80 km/h stop au racket !" pour tenter de gagner à notre concours.

Rendez-vous samedi 3 février à 14 heures

sur l'esplanade du château de Vincennes !

Retrouvez notre appel à manifester, les affiches, le lieu de rendez-vous... dans les articles ci-dessous et sur notre page Facebook.

Manif du 3 février : soyez créatifs !

 

Participez au jeu concours lancé par votre antenne #FFMC_PPC à l'occasion de la manifestation de ce samedi 3 février 2018 !


N'oubliez pas de partager vos photos du "sticker collé sur un endroit insolite"! Soyez créatifs, laissez libre court à votre imagination !

 

Règlement du concours : ici.

"Voilà ce qui auraient été des mesures courageuses, M. le Premier Ministre"

Fabien Delrot, coordinateur adjoint de la FFMC nationale, répond face caméra aux questions de Motomag sur la limitation à 80 km/h le 1er juillet prochain des routes bidirectionnelles sans séparateur.


Pour ce motard et militant passionné, la décision d’abaisser la vitesse maximale autorisée n’aurait rien à voir avec le courage - quoi qu’en pense notre Premier ministre - mais serait plutôt le signe d’un dysfonctionnement de notre démocratie. Regardez cette interview vidéo pour mieux comprendre la polémique qui entoure le 80 km/h et qui suscite une telle mobilisation.

 

Voir les 4 minutes d'interview en vidéo sur...

Ras le casque des mesures débiles de la sécurité routière !!!

Amies motardes, amis motards, usagers de la route,


la Fédération Française des Motards en Colère de Paris et Petite Couronne et les antennes d'Ile de France appellent tous les usagers de la route à manifester le samedi 3 février (rendez-vous à 14h00 sur l'esplanade du château de Vincennes).


La baisse de la vitesse à 80 km/h n'est que l'une des nombreuses mesures inadaptées prises par la Sécurité Rentière et l'Etat. C'est la raison pour laquelle nous nous mobilisons plus généralement contre les incohérences de la sécurité routière et de facto contre la limitation à 80.


De nombreux élus et députés, notamment en région, sont dubitatifs et se posent légitimement des questions quant à cette baisse de la limitation de vitesse. D'autres y sont clairement opposés et l'on fait savoir à Monsieur le Premier ministre, Édouard Philippe, qui n'en a pas tenu compte.


Les fonctionnaires influents et nocifs de la DSR (Délégation à la Sécurité Routière) sont à Paris. Les décisions contre les usagers de la route se prennent à Paris, alors BLOQUONS PARIS !!!


La Fédération des Bikers de France, 40 Millions d'Automobilistes, la Fédération Française des Automobilistes Citoyens, l'Udelcim, et Valve appellent également leurs adhérents et tous les usagers à rejoindre la mobilisation.
Plus nous serons nombreux, mieux nous serons entendus !
 
Jean-Marc BELOTTI
Coordinateur FFMC Paris et Petite Couronne

Celui qui combat peut perdre. Celui qui ne combat pas a déjà perdu...

Sécurité routière... Comment faire du neuf avec des vieux...

L’arrivée au gouvernement d’un Président et d’un Premier ministre jeunes et dynamiques, augurait d’un grand changement pour notre pays.


Des élus issus de la société civile, les vieux codes abolis, les partis départis, tout était réuni pour le démarrage d’une nouvelle France. Tout, sauf… une sécurité routière toujours menée à l’ancienne par des technocrates poussiéreux qui ont sauvés leurs postes octroyés par le précèdent quinquennat.

Alors que depuis de nombreuses années, la sécurité routière est décrétée « enjeu national majeur » par les présidents successifs, force est de constater que le nombre de décès sur la route peine à diminuer malgré une répression toujours plus forte. Qu’importe. Avec l’abaissement de la vitesse à 80 Km/h, le nouveau gouvernement reste sur la même voie et persiste à s’enliser dans une politique de l’échec pourvu qu’elle soit rentable et facile à mettre en place.

 

Lire la suite dans notre communiqué de presse.

 

Communiqué de presse FFMC PPC pour la manifestation du samedi 3 juillet 2018
"Sécurité routière... Comment faire du neuf avec des vieux..."
(version publique, sans coordonnées)
COMMUNIQUE DE PRESSE MANIFESTATION DU 3
Document Adobe Acrobat 736.3 KB

Samedi 3 février : MANIFESTATION contre les incohérences de la sécurité routière !

Les antennes franciliennes de la Fédération Française des Motards en Colère appellent les usagers de la route à se mobiliser contre les mesures incohérentes en termes de sécurité routière.
Rendez-vous le samedi 3 février à 14 heures sur l'esplanade du château de Vincennes. Diffusez l'information autour de vous : amis, collègues, voisins, motocistes... Téléchargez les affiches PDF ci-dessous.

Relayez également l'événement de notre page FFMC PPC :

Téléchargez l'affiche A4 de la manifestation et diffusez-là !
AFFICHE MANIF DU 3 FEVRIER CONTRE LES 80
Document Adobe Acrobat 1.5 MB
Téléchargez 2 affiches A5 de la manifestation et diffusez-les
AFFICHE MANIF DU 3 FEVRIER CONTRE LES 80
Document Adobe Acrobat 109.5 KB

 

Pratique : l'essentiel du "Mémo du manifestant FFMC" à télécharger sur ton smartphone, puis à passer (mail, Facebook, MMS) à tes copains, au motard d'à côté pendant la manif... "PASSE A TON VOISIN !"  ;-)

Mémo du manifestant FFMC (avril 2016)

Les manifestations FFMC contre le 80 km/h sur Sud Radio

Ce samedi 27 janvier de 12h à 12h30 Jean-Marc Belotti, le coordinateur de l'antenne FFMC Paris Petite Couronne était l'invité de Laurence Péraud et Pierre Chasseray dans l'émission "Ca roule" sur l'antenne de Sud Radio.

 

Dans cette séquence, JM.Belotti et P.Chasseray ont fait le point sur les dernières annonces gouvernementales inspirées des propositions d'Emmanuel Barbe, le "Délégué à la Sécurité Routière". Tous les usagers "qui ne veulent pas continuer à se faire tondre" (sic) ont donc été invités à manifester le 3 février en se rassemblant à partir 14 heures sur l'esplanade du château de Vincennes (et dans les régions aux dates annoncées) pour faire entendre leur voix !

 

Réécoutez le podcast de l'émission (et la séquence à partir de la 49ème minute) sur le site de Sud Radio.

Les acteurs du 2RM se mobilisent pour les usagers

La FFM, la FFMC, le CODEVER, le CNPA Filière 2-Roues et le CNPA Éducation Routière ont décidé de se mobiliser et de rappeler au gouvernement 3 axes majeurs prioritaires qui permettraient réellement de sauver des vies :

  • la formation, l'éducation
  • les incitations à l’équipement pour les usagers de 2-Roues Motorisés (2RM)
  • les infrastructures routières.

Pour en savoir plus, cliquer ici.

 

FFM = Fédération Française de Motocyclisme.

CODEVER = COllectif de DEfense des loisirs VERts.
CNPA = Conseil National des Professions de l’Automobile (et du motocycle).

CISR : la coupe est pleine, la FFMC va se mobiliser !

A l'issue du Comité Interministériel de la Sécurité Routière (CISR) du 9 janvier 2018, le Premier ministre Édouard Philippe dit qu’il veut « sauver des vies » en promulguant la limitation de vitesse à 80 km/h au lieu de 90 sur le réseau bidirectionnel.

Argument démagogique ! S’il veut sauver des vies,
• Qu’il fasse doubler toutes les glissières de retenue qui transforment une dizaine de motards par an en steak haché (ça fait juste des décennies qu’on le demande).
• Qu’il légifère ou réglemente pour que les recommandations du Cerema sur la prise en compte des 2RM dans la conception des infrastructures routières soient enfin rendues obligatoires (ça fait des années qu’on le demande).
• Que les professions de l’enseignement de la conduite soient revalorisées au lieu de les faire disparaitre par la concurrence des formations par Internet (permises par la Loi Macron !).
• Qu’il rende les autoroutes gratuites : c’est le réseau le plus sûr mais également le plus cher !
• Qu’il s’arrange pour que l’entretien du réseau routier existant ne soit plus laissé à l’abandon comme tous le constatent depuis plusieurs années.
• Que les "stages de sécurité routière" soient proposés gratuitement dans les 12-24 mois après le passage du permis, ou tous les 10 ans pour tous les conducteurs, plutôt qu’ils soient obligatoires, payants, et seulement pour récupérer des points de permis.


Toutes ces pistes d’améliorations réelles de la Sécurité routière en France sont de sa compétence de premier ministre qui répète "qu’il faut avoir du courage". S’il en a, qu’il le montre !


Il ne peut pas faire tout ça ? Ça coûterait trop cher ? Eh bien s’il ne peut pas ou ne veut pas, qu’il s’abstienne de déclarer vouloir "sauver des vies !".
Les associations s’en occupent déjà et avec leurs propres moyens ! Ses déclarations sont donc incantatoires et démagogiques. Ce n’est pas en jouant avec une formule mathématique qu’on sauve des vies, mais en agissant sur la formation et la qualité des infrastructures !
La coupe est pleine, la FFMC va se mobiliser !

L'abaissement de la vitesse à 80 km/h va-t-elle sauver des vies ?

La FFMC répond aux questions du programme "Sans concession" sur Facebook, en préparation du débat sur la limitation à 80 km/h de la circulation sur les routes bidirectionnelles :

  • l'abaissement à 80 km/h ne va-t-elle pas sauver des vies ?
  • l'affirmation du gouvernement selon laquelle 10 km/h de moins c'est 1 mort de moins par jour est-elle vraie ?
  • la mortalité routière n'est-elle pas une réalité dont il faut tenir compte ?
  • certains pays européens ont adopté cette limitation à 80 km/h...
  • la baisse de la limitation à 80 km/h est-elle une priorité dans la lutte contre la mortalité ?
  • la vitesse n'est-elle pas une cause de la mortalité routière ?
  • comment peut-on améliorer les comportements sur la route ?
  • vous parlez d'effets pervers de l'abaissement de la vitesse ?
  • à quelle modification des comportements sur la route peut-on s'attendre ?
  • cette mesure signifie donc aussi des rentrées d'argent plus importantes...
  • cette mesure peut-elle entraîner une conduite plus apaisée ?
  • à quel effet immédiat peut-on s'attendre ?
  • ...

"Le point" : les sénateurs réclament les résultats de l'expérimentation...

 

Dans un article du 5 janvier dernier, le site "LePoint.fr" annonce qu'une "cinquantaine de sénateurs, de droite et du centre pour l'essentiel, se sont réunis pour écrire une lettre ouverte au gouvernement. Le sujet ? L'expérimentation de deux ans sur trois tronçons de routes nationales, soit 81 kilomètres au total, dont les résultats supposés seraient de nature à motiver la baisse de la vitesse de 90 à 80 km/h. Sauf que personne n'a vu, officiellement, ces résultats qui sont pourtant censés étayer l'action prochaine du Premier ministre".

En savoir plus sur http://www.lepoint.fr/automobile/securite/routes-limitees-a-80-km-h-decision-le-9-janvier-03-01-2018-2183771_657.php

CISR du 9 janvier : vitesse et précipitation !

En réunissant un Comité Interministériel de Sécurité Routière (CISR) dans l’urgence, avant la tenue du Conseil National de Sécurité Routière (CNSR) et sans tenir compte de ses travaux, le gouvernement Philippe fait montre de précipitation et méprise ouvertement les usagers représentés tant par les associations qui travaillent de concert au sein du CNSR que par les parlementaires qui n’ont jamais été consultés sur les mesures envisagées.

Encore une fois, ces mesures telles qu’annoncées seraient dans la droite ligne des politiques menées depuis des années par les gouvernements successifs : toujours plus de répression, de limitations, de restrictions, de surveillance.

 

Lire l’édito de la FFMC nationale en cliquant ici.

Limitation à 80 km/h : signez la pétition !

Le journal « Le Point » et d’autres médias presse déclarent que le gouvernement annoncerait, lors du Conseil National à la Sécurité Routière de janvier 2018, l'abaissement à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes départementales et nationales sans séparateur central.

Depuis 2015, une expérimentation a été réalisée sur la RN7 (Drôme), la RN151 (Nièvre et Yonne) et la RN57 (Haute-Saône), sans que les résultats de cette pseudo-expérimentation n’aient été rendus publics... Par contre,  le nombre de véhicules verbalisés par les radars automatiques installés dans ces zones a été, pour certains, multiplié par 3 !
Nous, citoyens, en serions donc réduits à subir une fois de plus les diktats du « tout-répressif » que ne cessent de nous asséner nos gouvernements successifs ?

L'antenne Paris Petite Couronne et la FFMC nationale appellent donc les motard-es à réagir à ce projet et son argumentation fallacieuse en signant massivement cette pétition ! Faites circuler et comptez sur nous pour continuer à vous défendre !

 

Voir aussi l'article détaillé "Le passage à 80 km/h, c’est maintenant" sur...

Le stationnement moto devient payant à Vincennes… pour commencer

A partir du 1er avril 2018, le stationnement des motos et scooters devient payant sur la commune de Vincennes (94), une première en Ile-de-France ! Pour en savoir plus, consulter Motomag.com

Et en 2018 ?...

Amies motardes, amis motards,


l'année 2017 s'achève. Elle a été le théâtre d'une actualité anti moto particulièrement féroce menée tant par les scribouilllards nocifs aux manettes de la sécurité routière que par les fondamentalistes de la mairie de Paris.


Face à ces attaques motophobes de plus en plus appuyées, la FFMC de Paris et les antennes d'Ile-de-France sont et restent mobilisées. Réunions avec les institutions, rencontres avec les élus, actions de terrain, procédures juridiques, pétitions, manifestations, ont été notre lot quotidien. Si en tant que bénévoles nous conservons la foi, la conviction et la force de continuer, c'est uniquement grâce à vous et à votre soutien.


Comme le disait si bien Monsieur Audiard, "les cons, ça ose tout et c'est à ça qu'on les reconnaît". Ce qui présage que, pour 2018, ceux de la sécurité routière et de la mairie de Paris risquent de continuer à nous jouer leurs numéros de Siamois en nous inventant des mesures toutes plus débiles les unes que les autres...


Ce n'est donc surtout pas le moment de baisser les bras et encore moins celui de s'habituer au grignotage méthodique de nos droits. Certes, le combat n'est pas toujours facile, mais l'habitude et la résignation, c'est la gangrène de la liberté.

 

Pour 2018 restez vigilants et prêts à vous mobiliser. Car le premier devoir d'un citoyen, est de défendre ses droits...
Vive la moto, bonne année et bonne route à toutes et à tous.
Motardement

Jean-Marc BELOTTI
Coordinateur FFMC Paris et Petite Couronne

Stationnement à moto : Paris prépare le matraquage au 1er janvier

Lors d'une conférence de presse ce mercredi 6 décembre, Christophe Najdovski, l'adjoint aux transports à Paris, a annoncé les mesures que la Mairie va appliquer à partir du 1er janvier 2018. En effet, la loi de "modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles", votée le 27 janvier 2014, transfère aux communes les compétences sur le stationnement, sa tarification et sa verbalisation... ainsi que la récupération des recettes issues de cette verbalisation.

Dans ce contexte, la Mairie de Paris a annoncé :

  • une augmentation du tarif horaire de stationnement en surface après la 2ème heure (jusqu'à 12€ par heure) pour inciter au stationnement de longue durée en sous-sol ;
  • la disparition des tickets horodateurs pour le stationnement de surface, remplacés par la saisie du numéro d'immatriculation sur la borne d'horodatage ;
  • le passage du PV de stationnement de 17€ à 50€ (dans les 11 premiers arrondissements de Paris) ou à 35€ (dans les arrondissements côtoyant le boulevard périphérique) ;
  • l'identification par 2 sociétés privées des réfractaires au paiement du stationnement, grâce à des caméras embarquées permettant de contrôler 75 000 véhicules par jour (la verbalisation, elle, continuera de s'effectuer par un agent assermenté),
  • l'affectation des Agents de surveillance de Paris (ASV) aux tâches de verbalisation : dans les pistes cyclables ou les voies de bus, en cas de stationnement sur trottoir ou de non-respect des vignettes Crit’air applicables.

Christophe Najdovski l'avait annoncé le 14 octobre 2017 à l'occasion du bilan à mi-mandat d'Anne Hidalgo : "A partir de janvier 2018 [...] nous ne tolèrerons plus le stationnement ni la circulation des véhicules motorisés sur les trottoirs. Il faut que les trottoirs soient sanctuarisés".


Le message est clair : la Mairie veut dissuader les 2RM de stationner sur les trottoirs, même lorsque les emplacements de stationnement "moto" débordent. L'usager en 2RM n'aura alors que trois choix : PAYER son amende pour stationnement sur trottoir, PAYER son stationnement en surface sur un emplacement marqué pour les automobiles (au risque de se faire également renverser la moto par un automobiliste indélicat), PAYER un stationnement en sous-sol... PAYER de surcroît si le véhicule ne comporte pas de vignette Crit'air.

PAYER, PAYER, PAYER, PAYER, telle est désormais la promesse de la Mairie de Paris aux usagers de 2RM qui n'auront pas la chance de trouver un emplacement moto disponible sur la voirie. De là à penser que la Mairie veut chasser les motos et scooters de la Capitale...
Une mobilisation s'impose...

En décembre : adhérez pour tout 2018 !

Dès ce mois de décembre, vous pouvez réadhérer pour toute l'année 2018 à votre antenne Paris-Petite-Couronne (PPC) de la FFMC. Le montant de l'adhésion pour une année civile est de 42€ (jusqu'au 31/12/2018), c'est le prix de notre indépendance !

 

Pour adhérer, c'est ici (par carte bancaire ou par chèque !).
N'hésitez pas à nous contacter pour toute question.

Rappel : offre spéciale d'abonnement à Motomag, réservée aux adhérents de la FFMC. Pour en savoir plus, cliquez : ici.

Nos combats...

ZCR : la FFMC lance sa vignette !

La FFMC a édité une vignette permettant d’afficher son opposition aux mesures de Zones de circulations restreintes (ZCR).

Vous pouvez vous procurer cette vignette lors des prochains rendez-vous de l'antenne PPC : les réunions d'information mensuelles à Montreuil, les apéros motards chaque vendredi à la Bastille, les roulages gratuits à Carole. Un don pour les frais d'édition sera apprécié!

Cette vignette est également disponible auprès de : "FFMC SN - 8 rue Jean-Jacques Rousseau - 93100 Montreuil", en joignant à votre demande de vignette "moto" une enveloppe timbrée à vos nom et adresse.

ZCR : la Mutuelle des motards assure !

Patrick Jacquot, le président de l'Assurance Mutuelle Des Motards créée par les militants de la FFMC, s'exprime sur les conséquences des Zones à Circulations Restreintes, notamment celles mise en place ce 1er juillet à Paris.

 

Depuis plusieurs semaines, à la demande de sa direction générale, les services de la Mutuelle sont mobilisés sur la problématique des ZCR, prioritairement pour Paris-Idf (date butoire du 1er juillet, oblige...) parmi les 25 villes et communautés urbaines qui ont souhaité participer au projet "Villes respirables en 5 ans" et susceptibles, elles aussi, de déployer un dispositif similaire de ZCR.
Ainsi, dès vendredi dernier, les collaborateurs des trois bureaux parisiens Mutmot ont reçu la consigne de signaler aux sociétaires qui les interrogeraient que "La Mutuelle ne change pas sa politique d'indemnisation et a décidé d'accompagner ses sociétaires dans ces changements de législation". Bien évidemment, cette consigne a également été communiquée à l'ensemble du réseau des bureaux de la Mutuelle.

Ce qui veut dire qu'à la Mutuelledesmotards, les motards "bravant" l'interdiction de circuler seront couverts de la même manière qu'en temps "normal". Il s'agit d'un positionnement fort, militant, de la part de la Mutuelle, vis à vis d'une interdiction régalienne. En affichant son soutien aux actions contre les ZCR, elle y engage son image, notamment du point de vue commercial.

Ses décisions, la Mutuelle des Motards les a prises en toute connaissance de cause, après avoir étudié les choses en se plaçant au plus près des sociétaires.

 

Consultez l'agenda des événements où l'antenne FFMC PPC est présente en consultant cette page sur notre site.

Téléchargez l'agenda de l'antenne PPC dans l'application de votre smartphone ou tablette (format "iCAL") en cliquant ici.

Alimentez votre lecteur de flux RSS avec les événements de l'antenne PPC (format "XML") en cliquant ici.

Ras le vol !

Parce que 70 000 motos ou scooters disparaissent chaque année, savoir se protéger contre le vol de sa bécane n'est pas un luxe !
Pour éviter les désagréments d'un vol, la FFMC en partenariat avec Moto Magazine et l’Assurance Mutuelle des Motards, vous a conconcté 8 pages de conseils simples et pratiques regroupés autour de 5 thèmes :

  • comment reconnaître un bon antivol?
  • les bons réflexes pour stationner ;
  • transporter en sécurité son antivol ;
  • les dispositifs complémentaires (électroniques et mécaniques) ;
  • les nouvelles techniques de vol.


En plus, c'est gratuit et téléchargeable : ici.
Vous pourriez même vous le faire voler par vos potes...  ;-)

Quel permis pour mon 2-3 roues ?

Spécialiste de l'assurance des 2 et 3 roues motorisés, la Mutuelle des Motards met à votre disposition un simulateur donnant instantanément la réponse à la question "quel permis dois-je posséder pour conduire mon 2-roues ?".

Comment choisir... ?

L'Association pour la Formation Des Motards vous apporte quelques conseils utiles : comment choisir sa moto-école? ... sa moto?